Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/33/d144815540/htdocs/clickandbuilds/leparcbelmontca/wp-content/themes/authorwrite/lib/cmb/init.php on line 714

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/33/d144815540/htdocs/clickandbuilds/leparcbelmontca/wp-content/themes/authorwrite/lib/cmb/init.php on line 714

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/33/d144815540/htdocs/clickandbuilds/leparcbelmontca/wp-content/themes/authorwrite/lib/cmb/init.php on line 714

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/33/d144815540/htdocs/clickandbuilds/leparcbelmontca/wp-content/themes/authorwrite/lib/cmb/init.php on line 714
La CLÉ du MIDWAY - Un roman historique signé par Michel A. Di Iorio





La CLÉ du MIDWAY

PROLOGUE La météo du mois de mai 1967 était clémente, bien que relativement fraîche dans la région montréalaise, avec un maximum enregistré de 18,5 degrés C (65 degrés F). Malgré cette fraîcheur relative, la sueur me coulait le long du visage, me brulant les yeux comme du feu au passage, m’obligeant à m’arrêter pour les essuyer. J’étais essoufflé. Il me poursuivait sans relâche, et j’arrivais à peine à me dissimuler dans cette foule anonyme. Il n’y avait guère d’endroits pour m’escamoter sur le Midway, et il le savait. Il ne me laissait pas de temps pour me négocier une cachette à la hâte, se faufilant entre les obstacles comme une guêpe en furie à la recherche d’une proie. J’estimais l’avoir échappé en m’entourant de badauds qui se dirigeaient allègrement vers la rivière au fond du Midway pour voir la p’tite Québécoise se vider les poumons sur l’estrade, mais il était plus futé que moi, me poursuivant sans trêve; déterminé à m’embrocher comme un shish kebab... Nous nous précipitâmes vers la sortie de secours de la Maison Hantée, dont la porte s’ouvrit comme si nous étions attendus. Nous nous orientâmes à l’intérieur de notre abri de fortune en suivant la piste des « doom buggy » au son de la bande sonore du manège, et ce, jusqu’à la salle de torture, sans nous douter de ce qui nous y attendait. La témérité de la pauvre Hélène n’a connu aucune chance devant la force brute et la vitesse-éclaire de son agresseur maléfique qui la souleva de terre en lui transperçant le corps d’une brochette de fortune. Django entassa le corps inerte d’Hélène contre le mur de la Maison Hantée comme si ce n’était qu’un vulgaire trophée. Il se retourna ensuite vers moi, et me saisit la gorge d’une force presque herculéenne, me soulevant dans les airs comme si je n’étais qu’une poupée de chiffon. Il s’apprêtait à me faire subir le même sort qu’infligé à Hélène quand un bruit assourdissant détourna fortuitement son attention. L’apparition soudaine d’un doom buggy bondé de visiteurs en délire appréhensif m’offrit une distraction provisoire dont j’ai profité pour saprer une poussée de toutes mes forces sur les genoux de mon tortionnaire. Il hurla de douleur, perdant momentanément son équilibre. Dans le feu de l’action, il lâcha prise sur ma gorge, et bascula contre le wagon qui s’approchait en vitesse. L’impact fit revoler son turban, l’empalant du même coup sur une protubérance métallique qui sortait de la cuisse d’Hélène. Django beugla sa douleur comme un animal piégé, mais il réussit à la surmonter comme s’il ne s’agissait que d’une vulgaire piqûre d’insecte. J’ai néanmoins profité de l’étourderie momentanée de mon agresseur pour évacuer le manège en empruntant la sortie de secours à l’arrière. C’est alors que j’ai tourné le coin pour me retrouver sur le Midway, où il reprit sa poursuite acharnée en boitillant. Ne l’apercevant plus derrière moi, j’ai tourné le coin, essoufflé et plié en deux d’épuisement, mais l’enragé maudit m’avait deviné, y parvenant avant que je n’arrive à le déjouer. Ses yeux, dénudés depuis la décapitation fortuite de son costume dans la salle de torture de la Maison Hantée, dégageaient une rage sanguinaire qui transcendait l’immensité du personnage qu’il incarnait. Il n’était pas fait de papier mâché ce fakir, et il clopinait vers moi, le sang giclant comme une fontaine écarlate au travers son costume, coulant en ruisselets jusqu’à sa bottine qui gargouillait bruyamment à chaque pas. Malgré la douleur atroce de la plaie infligée dans sa chute malencontreuse, il se rapprochait dangereusement de ma position. Il ne restait plus que quelques dizaines de pieds qui nous séparaient quand j’ai aperçu le scintillement de la dague qu’il ne faisait plus d’effort pour dissimuler sous son froc, ses intentions devenus apparentes aux yeux de tous. J’ai bifurqué vers la grande roue pour éviter sa colère meurtrière, mais il ajusta aussitôt son parcours pour intercepter le mien. J’ai fait une volte-face pour me confondre avec la bande de fêtards qui déambulait allègrement dans la foule, mais le désaxé maudit poursuivit son objectif comme si nous étions seuls sur le Midway. En l’apercevant, les clients et les employés se poussèrent çà et là comme un contre-courant pour éviter la trajectoire meurtrière du prédateur... Un crieur l’aperçut au dernier moment, plongeant instinctivement derrière le comptoir du stand de tir pour éviter le trajet sanguinaire du psychopathe saugrenu, mais dans sa hâte de s’enlever du chemin, il se fracassa le crâne sur un présentoir de cibles, perdant connaissance dans une mare grandissante de son propre sang. Le fakir maléfique ne s’y attarda que le temps d’y jeter un coup d’œil glacial avant de reprendre son sinistre dessein, armé d’une véhémence renouvelée, et moi, ben... j’étais devenu sa proie.

À propos de l'auteur

Pour ceux qui ne me connaissent pas, ou qui n’arrivent plus à me retrouver dans l’ombre de leurs souvenirs, mon nom est Michel A. Di Iorio. J’étais le constable numéro 7 du Service de police du parc Belmont en 1975, sous les ordres du chef Philippe Lavoie, et de son adjoint, le sergent Gabriel (Gaby) Labrosse. Mon poste de faction couvrait le Midway, de l’entrée à l’ancienne salle de danse (salle de Bingo de Paul L’Abbée). Pour ceux qui ne me connaissent pas, ou qui n’arrivent plus à me retrouver dans l’ombre de leurs souvenirs, mon nom est Michel A. Di Iorio. J’étais le constable numéro 7 du Service de police du parc Belmont en 1975, sous les ordres du chef Philippe Lavoie, et de son adjoint, le sergent Gabriel (Gaby) Labrosse. Mon poste de faction couvrait le Midway, de l’entrée à l’ancienne salle de danse (salle de Bingo de Paul L’Abbée). Ma perspective sur le quotidien découlait parfois de mes interventions de la veille. Pour le reste, les politiques opérationnelles de l’administration du parc (nos employeurs) dictaient la limite de tolérance du service de Police du parc Belmont, et ses officiers. Malgré cela, ce que j’ai retenu le plus de mon expérience comme policier, c’est l’importance indéniable du facteur humain. Il y eut cependant une histoire effarante impliquant sept jeunes amis qui s’étaient engagés sans projet ni regret sur une passerelle spatio-temporelle au parc Belmont sans se douter qu’elle déboucherait tout droit sur un incident insolite à quelques pas de l’entrée... Certains faits et gestes ont été tirés des souvenirs ‘fatigués’ de mes collaborateurs, et des miens, bien évidemment. Il faudrait donc me pardonner s’il s’est glissé quelques petits écarts entre vos souvenirs, d’une part, et la réalité du quotidien de mes personnages qui se devaient, en toute franchise, de survivre pour les besoins de la cause. Comme l’histoire traverse les époques, une certaine latitude en ce sens contribuerait à la fluidité du texte en évitant de lui imposer une lourdeur additionnelle. Voici donc, pour votre agrément, un petit clin d’œil nostalgique sur notre passé commun, sur nos amis, nos collègues, nos boss, nos visiteurs, nos truands (petits et plus grands), mais surtout sur les anciens du parc sans qui cette histoire n’aurait pas vu le jour. Les anciens retrouveront la magie féérique de leur passé. Les autres découvriront le monde occulte du parc Belmont de Cartierville. Je vous souhaite une très agréable lecture, et un excellent voyage... Michel A. Di Iorio


Warning: strpos(): Offset not contained in string in /homepages/33/d144815540/htdocs/clickandbuilds/leparcbelmontca/wp-content/themes/authorwrite/templates/home/blog-home.php on line 59
Sign-up for updates
Nunc est quam, fringilla vitae pretium et, dictum sit amet nulla. Fusce pretium consequat auctor. Mauris sed vestibulum metus. Pellentesque consectetur pharetra auctor. Maecenas vestibulum scelerisque est ut venenatis. Donec euismod dictum augue, vitae placerat sapien faucibus in. Curabitur vulputate mi non vehicula pellentesque. Nunc ut ante at mi pulvinar rhoncus vitae a enim. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. In mi libero, vulputate eget suscipit sit amet, convallis a lacus. Vestibulum in porttitor libero, eget tincidunt nunc. Praesent suscipit faucibus pellentesque.


Warning: strpos(): Offset not contained in string in /homepages/33/d144815540/htdocs/clickandbuilds/leparcbelmontca/wp-content/themes/authorwrite/templates/footer.php on line 50